Travail du mardi 31 mars

Bonjour à tous, voici le travail du mardi 31 mars, pour ne pas surcharger la page et ta journée, j’enverrai tous les corrigés mercredi. Bon travail !

Allemand

Comme hier, continue à t’entraîner à te présenter ! Revoici encore nos formes de phrases :

Ich heisse…..; Ich bin……Jahre alt ; Ich wohne in…… ; Ich mag am liebsten…………, Ich habe…..geschwister ; Ich habe…….Bruder( pluriel = Brüder) und ……….. Schwester (pluriel Schwestern) Sie heissen…………und sie sind……….Jahre alt; si tu n’a pas de frères et soeurs : Ich bin ein Einzelkind.

Calcul mental  50 calculs en 5 minutes

Si tes parents peuvent imprimer cette page, c’est parfait et tu peux faire l’exercice comme nous le faisons d’habitude en te chronométrant 5 minutes et en faisant le plus de multiplications possibles. Si tes parents ne peuvent pas imprimer la feuille, écris juste les réponses dans le cahier du jour. Quand tu as fini, corrige toi à l’aide de ta calculatrice et inscris ton score sur 50 en bas de la feuille ou dans ton cahier du jour. Si tu n’as pas de chronomètre, fais simplement les calculs le plus rapidement possible. Bonne chance !

6 x 7 =____ 5 x 4 = ____ 7 x 5 = ____ 7 x 9 =____ 2 x 7 =____

3 x 2 =____ 9 x 7 = ____ 5 x 5 = ____ 6 x 2 = ____ 2 x 2 = ____

4 x 7 = ____ 4 x 10 = ____ 8 x 8 = ____ 3 x 9 = —– 5 x 7 =____

4 x 2 =____ 7 x 4 = ____ 9 x 8 = ____ 3 x 2 = —– 5 x 6 =____

6 x 9 =____ 5 x 7 = ____ 3 x 2 = ____ 8 x 4 =____ 9 x 7 =____

4 x 4 = ____ 1 x 7 = ____ 0 x 9 = ____ 3 x 8 = —– 2 x 6 =____

8 x 6 =____ 2 x 4 = ____ 3 x 9 = ____ 9 x 4 =____ 5 x 7 =____

2 x 9 =____ 8 x 7 = ____ 10 x 5 = ____ 0 x 8 = ____ 2 x 2 = ____

4 x 2 = ____ 1 x 6 = ____ 0 x 8 = ____ 3 x 4 = —– 5 x 2 =____

6 x 6 =____ 9 x 4 = ____ 3 x 3 = ____ 9 x 7 =____ 10 x 8 =____

Lecture fluence

Normalement, tu as toujours ton chronomètre avec toi. Si quelqu’un peut te chronométrer 1 minute pour lire ce texte comme nous le faisons en classe en te disant  » 3, 2,1 c’est parti ! » c’est très bien. Si personne ne peut te chronométrer, essaie de le faire toi même. Si tu n’as pas de chronomètre, lis ce texte le plus rapidement possible et en faisant le moins d’erreurs possible. Les chiffres au bout des lignes indiquent le nombre de mots à la fin de chaque ligne. Note ce score dans ton cahier du jour et essaie de faire 5 lectures en notant à chaque fois ton score. Bonne lecture !

Lecture compréhension : Les enquêtes de l’Inspecteur Lafouine

Maintenant que tu t’es bien entraîné à comprendre l’implicite avec les inférences, il est temps pour toi de jouer à l’enquêteur. Voici deux enquêtes du célèbre inspecteur Lafouine, aide le à trouver le nom du coupable et envoie moi le fruit de tes recherches par mail si tu le peux ! Bonnes investigations !

Les enquêtes de l’Inspecteur Lafouine

Vol chez le commissaire Kivala

L’inspecteur Lafouine est invité pour une partie de cartes chez une de ses vieilles connaissances, le commissaire Kivala. Les deux amis se retrouvent autour d’une table en compagnie de quatre autres joueurs : le professeur Touméconnu, grand barbu à l’air sévère, le sapeur-pompier Yapalfeu, petit homme vif et bavard, l’énorme cantatrice Bianca Castafiore et l’informaticien Garovirus, qui ne voit rien sans ses lunettes aux verres épais. Alors que la partie vient de commencer, Touméconnu se lève et demande discrètement l’emplacement des toilettes. Il s’absente quelques minutes puis revient prendre sa place autour de la table.

Peu après, Bianca se lève à son tour en renversant son fauteuil et en criant : « Ciel ! J’ai oublié Mirza, mon adorable caniche, dans la limousine ! ». Elle quitte précipitamment la pièce et regagne sa place au bout d’un bon quart d’heure en compagnie de l’affreux cabot. « La partie va enfin reprendre », soupire Lafouine, quelque peu agacé.

Mais Yapalfeu se redresse soudain et sort sans fournir d’explications ! Il revient rapidement, l’air embarrassé. « Il devient très difficile de jouer avec tous ces déplacements », se plaint Kivala.

C’est pourtant au tour de Garovirus de se lever, grommelant qu’il doit satisfaire les mêmes besoins pressants que Touméconnu. « Tiens, il a laissé ses lunettes sur la table », remarque Lafouine qui a pour habitude de noter les détails les plus insignifiants. Garovirus ne tarde pas à revenir et les joueurs peuvent enfin finir leur partie.

Le lendemain, Lafouine reçoit un appel téléphonique de Kivala qui lui annonce tout affolé : « Lafouine ! C’est affreux ! On a volé mes économies ! Je les avais cachées dans un réduit, près de la salle de jeu. Vous savez, cette petite pièce vide, à l’ouverture minuscule, où l’on ne peut entrer que de profil. Mon argent était dans un coffre dissimulé à bonne hauteur, dans le mur. Le mécanisme d’ouverture est minuscule, on le voit à peine. Quelqu’un a pourtant réussi à l’actionner. Le vol n’a pu avoir lieu qu’au cours de notre partie de cartes. Aidez-moi, Lafouine, ou je suis ruiné ! »

Lafouine réfléchit quelques secondes puis répond : « Ne vous inquiétez pas, je crois que je connais le coupable ». Qui est le coupable ?

 » Le Club des handicapés  »

Un meurtre a été commis dans un Club pour personnes handicapées. Chargé de l’enquête par le commissaire Gradube, l’inspecteur Lafouine demande à Monsieur Brun, le directeur de l’établissement, de réunir tous les membres de l’association.

Quelques instants plus tard, tout le monde se retrouve dans la salle de réunion du club. Monsieur Brun est entouré de Madame Flore qui n’entend plus à cause d’une otite mal soignée, de Monsieur Tilleul, aveugle de naissance, de Mademoiselle Rose qui a perdu l’usage de la parole à la suite d’un choc émotionnel, de Monsieur Paré amputé des deux bras pendant la dernière guerre et de Monsieur Maret qui ne se déplace qu’en fauteuil roulant à cause d’un accident de moto.

Après un interrogatoire de routine, l’inspecteur Lafouine annonce qu’il est sur le point de démasquer le coupable. Par cette ruse, il espère une réaction du meurtrier. Le soir même, le policier reçoit un coup de téléphone. Un mystérieux correspondant lui donne rendez-vous à minuit dans un des quartiers les plus mal famés de la ville. Flairant un piège, Lafouine, sur ses gardes, part à pied vers le lieu indiqué. Alors qu’il emprunte un passage pour piétons, une voiture de forte cylindrée fonce sur lui et manque de le renverser. Il ne doit son salut qu’à sa détente de félin.

Dans la pénombre, l’inspecteur ne peut distinguer le visage du conducteur. Celui-ci descend du véhicule et court vers Lafouine un revolver dans la main droite. Le policier réussit à se dissimuler derrière les poubelles d’un immeuble voisin, mais son bras heurte une bouteille en verre qui tombe et se brise sur le trottoir. Alerté, l’inconnu se dirige vers les conteneurs à ordures.

Une lutte s’engage. Du tranchant de la main, Lafouine frappe l’avant-bras de son agresseur qui laisse tomber son arme dans le caniveau. Loin d’abandonner, l’inconnu tente d’étrangler Lafouine. Heureusement pour lui, l’inspecteur maîtrise parfaitement les arts martiaux. Grâce à une planchette japonaise magistralement exécutée, il envoie son adversaire au sol. Etourdi par son vol plané, le mystérieux agresseur ne peut rien lorsque l’inspecteur Lafouine lui passe les menottes puis l’entraîne sous un réverbère afin de l’identifier. Quel est le nom du coupable ?

Les deux enquêtes suivantes sont des bonus, libre à toi de les faire en plus si tu en as envie.

 » La couronne des Ducs de la Bodinière « 

Cette nuit, au château de Milbal, un audacieux cambrioleur a réussi à s’emparer de la couronne en or massif des Ducs de la Bodinière. Il a neutralisé le système de sécurité en faisant disjoncter le compteur électrique. Alerté par Jean-Hubert de Guerrelasse, le dernier Duc de la Bodinière, l’inspecteur Lafouine commence son enquête.

L’armoire électrique étant dissimulée dans un des placards de l’immense cuisine du château, il paraît évident que le malfaiteur est un habitué des lieux. Sur la demande de l’inspecteur, le Duc réunit son personnel dans le salon d’honneur. Lafouine se retrouve en présence de Valérie, la femme de chambre, de Félix, le jardinier, de Marthe, la cuisinière, de Firmin, le chauffeur et de Paul, le majordome. L’inspecteur leur pose la même question :  » Que faisiez-vous hier soir entre vingttrois heures et minuit ?  »

Valérie dit s’être allongée dans le noir pour écouter la retransmission du dernier concert de Céline Dion à la radio. Elle raconte que Félix a frappé à sa porte vers minuit et demi pour l’informer du vol. Elle est descendue à l’office après avoir éteint son poste pour ne pas user les piles.

Félix avoue être allé voir le dernier James Bond au cinéma du village. Quand il est rentré, le Duc venait de constater le cambriolage. Entre vingt-trois heures et minuit, Paul a regardé une cassette vidéo sur son magnétoscope. Après une journée de travail, il aime se décontracter en se passant un bon vieux film des années cinquante. Il apprécie particulièrement les comédies musicales avec Fred Astaire. Une fois sa cuisine nettoyée et rangée, Marthe est montée dans sa chambre. Elle a échangé quelques mots avec Félix qui partait au cinéma, a fait une grille de mots croisés puis s’est couchée. Elle n’a appris le vol qu’à son réveil vers six heures et quart.

Comme tous les soirs, Firmin a lavé la Rolls Royce du Duc puis est rentré se coucher. Il est le seul employé à être logé dans les dépendances du château, il n’a pas été touché par la coupure de courant. Jean-Hubert de Guerrelasse confirme avoir vu Félix dans le hall du château alors qu’il prévenait la police par téléphone. L’inspecteur Lafouine ne met pas longtemps pour trouver la personne qui a menti.

Quel est le nom du coupable et comment l’inspecteur l’a-t-il découvert ?

 » Le cirque Magnifico  »

Marcello Tiropolo, le directeur du cirque Magnifico, est à l’hôpital pour une dizaine de jours. Un énorme bandage lui entoure la tête. Samedi soir, après la représentation, alors qu’il regagnait sa caravane, il a été assommé à l’aide d’une massue de jonglage. La mallette qui contenait la recette de la journée a été dérobée. Marcello confie à l’inspecteur Lafouine :  » Quand je suis sorti du chapiteau pour me rendre dans ma caravane, tout était silencieux. Je n’ai même pas entendu les pas de mon agresseur. Il devait bien connaître mes habitudes « .

Lafouine décide d’interroger tous les artistes de la petite troupe. Il va de roulotte en roulotte à la recherche de renseignements. Voici ce qu’il a noté sur le petit carnet qui ne le quitte jamais.

A l’heure de l’agression, Rico, le nain, se démaquillait dans sa loge. Il déclare avoir lu le journal jusqu’à ce que la sirène de l’ambulance le fasse sortir pour aller aux nouvelles.

Groucho, le trapéziste, assure qu’il était sous le chapiteau au moment de l’agression. Il rangeait ses accessoires. C’est lui qui a découvert Marcello étendu près de la caravane d’Harpo. Armando, le lanceur de couteaux, affirme qu’il était sous l’auvent de sa caravane en train d’affûter ses outils sur sa meule électrique. Il fait ce travail tous les jours. Il a besoin que les lames de ses poignards soient pointues et bien aiguisées.

Paulo, le clown, a mis une bonne heure à repriser son costume qui s’était déchiré au cours de son numéro. Césario, le dompteur, jure qu’il mangeait dans sa caravane avec Filippo, le jongleur. Ce dernier confirme la déclaration de son compagnon. Harpo, le magicien, n’a pas pu participer au spectacle. Il est au lit depuis deux jours avec une forte grippe.

Trop malade, il avoue n’avoir rien entendu. Domino, la femme de Marcello, dit avoir attendu son mari en préparant un potage aux légumes. Elle est sortie quand elle a entendu les appels de Groucho. Assis dans les gradins du chapiteau, Lafouine se concentre. Il essaie de trouver la faille dans tous ces alibis.

Soudain, il se lève.  » Bon sang, mais c’est bien sûr! » dit-il en frappant violemment son poing droit dans la paume de sa main gauche. « Le coupable ne peut être que le…  » Quel est le nom du coupable et comment l’inspecteur l’a-t-il découvert ?

Mathématiques : comparer des fractions entre elles

Voici un nouveau chapitre qui s’intitule « comparer des fractions entre elles », voici en premier la leçon à recopier et à encadrer en rouge dans le cahier du jour comme nous avons l’habitude de le faire. A la suite, tu trouveras des exercices d’application toujours à faire dans le cahier du jour. Pour t’aider, tu as encore toutes nos leçons précédentes sur les fractions dans ton cahier du jour et si tu as des questions, je suis là ! (désolé si la qualité n’est pas optimale, j’ai fait au mieux avec mon scanner). Si tu rencontres des difficultés sur les fractions qui n’ont pas le même dénominateur, ne t’en fais pas, nous le reverrons en classe, concentre toi alors sur celles qui ont le même dénominateur (c’est à dire les exercices 1 et 2 en priorité)

Géographie: A quoi sert internet ?

Voici un petit dossier documentaire sur l’utilité d’internet, lis les documents et réponds aux questions !

En bonus pour finir ta journée , voici quelques petites énigmes mathématiques à résoudre. Bonne recherche ! (Ce travail n’est pas obligatoire)

ENIGME 1 : Au début de la saison, Barnabé avait autant de moutons blancs que de moutons noirs. Mais le loup, oh! le méchant, lui croqua cinq moutons blancs. Cette perte fut compensée par la naissance de huit moutons noirs. A la fin de la saison, Barnabé avait deux fois plus de moutons noirs que de moutons blancs. Mais au fait, combien de moutons avait-il au début de la saison?

ENIGME 2: Pour se faire de la publicité, un marchand de fruits lance un concours: il propose d’offrir une caisse d’oranges à qui trouvera le nombre d’oranges qu’elle contient.Il nous dit la chose suivante: «Si vous faites des paquets de 4 oranges, il ne restera pas d’oranges; si vous faites des paquets de 5 oranges ou de 6 oranges, il n’en restera pas non plus. Mais si vous faites des paquets de 7, il en restera une.» Pour vous, combien y a-t-il d’oranges dans une caisse?

ENIGME 3: Un homme, sa femme et leurs deux fils arrivent face à un fleuve qu’ils veulent traverser. Ils trouvent une barque sur la rive. Cependant, la barque ne peut contenir qu’un poids maximum de 75 kg. L’homme et la femme pèsent 72 kg chacun. Leurs enfants pèsent 36 kg chacun. Comment traverseront-ils le fleuve et combien de traversée feront-ils?

Travail du Lundi 30 mars

Bonjour à tous, voici le travail du Lundi 30 mars, mais avant, comme d’habitude voici les corrigés des exercices du mardi 24 mars.

Mathématiques : fractions

Exercice 1 : a. trois quarts b. sept demis c. deux tiers d. huit douzièmes

Exercice 2 : Cette fraction est 7/18

Exercice 3 : Les figures où on a grisé le quart de la surface sont les figures : a,b, d et f

Exercice 4 : a. 2/8 ou 1/4 b. 4/8 ou 1/2 c. 4/20 ou 1/5

d. 5/20 ou 1/4 e. 4/12 ou 1/3 f. 3/12 ou 1/4 g. 4/16 ou 1/4

Exercice 5 : a. 1/2 b. 2/4 ou 1/2 c. 2/6 ou 1/3 d. 3/8

e. 11/12 f. 2/12 ou 1/6 g. 8/12 ou 4/6 ou 2/3

Exercice 6 : a. partie grisée : 8/15 partie non grisée : 7/15

b. partie grisée : 10/18 partie non grisée : 8/18

c. partie grisée : 2/3 partie non grisée : 1/3

d. partie grisée : 8/14 partie non grisée : 6/14

Exercice 7 : a. 1 : 1/2 2 : 4/36 ou 1/9 3 : 8/36 ou 2/9

4 : 6/36 ou 1/6

b. 2<4<3<1

Corrigé de la lecture compréhension sur le texte de Guy de Maupassant

  1. Les passages du texte qui permettent de savoir que l’Etna est un volcan sont : (d’autres sont bien sûr acceptés, vous pouvez me faire parvenir vos propositions par mail si elles sont différentes) « des vapeurs de soufre nous prennent à la gorge » l.2 ; « de grands jets de fumée sortant par des fissures du sol »l.3; « Devant nous, une nuée épaisse s’élève lentement »l.6 « On distingue à peine à travers les vapeurs suffocantes l’autre bord de ce trou, monstrueux, large de mille-cinq-cents mètres et dont la muraille toute droite s’enfonce vers le mystérieux et terrible pays du feu.  » l.9-12 (ce trou représente le cratère du volcan)…
  2. « Nous avons posé nos mains sur de grosses pierres brûlantes. » l.3-4 « s’enfonce vers le mystérieux et terrible pays du feu »l.11-12.
  3. « devant nos pieds, s’ouvre un prodigieux, un effroyable abîme » l.8-9  » On distingue à peine à travers les vapeurs suffocantes l’autre bord de ce trou, monstrueux « l.9-10.
  4. La bête représente le coeur du volcan, c’est à dire la lave en fusion (ou le magma qui est un synonyme).
  5. Cette escalade est difficile car il faut tout d’abord une heure environ pour gravir les trois-cents mètres qui la composent. La chaleur y est étouffante, les vapeurs de soufre nous font suffoquer, il y règne une très forte chaleur et le cratère du volcan d’une circonférence d’environ 5 kilomètres menace de nous engloutir à tout moment.
  6. « une escalade impressionnante » « le volcan menaçant »

Passons maintenant au travail du Lundi 30 mars.

Allemand

Entraîne toi à te présenter en allemand comme nous avons l’habitude de le faire à tes parents, tes frères et soeurs ou quelqu’un de ta famille. Tu peux aussi t’entraîner seul(e) face à ton miroir. Petit rappel : voici nos formes de phrases pour te présenter :

Ich heisse…..; Ich bin……Jahre alt ; Ich wohne in…… ; Ich mag am liebsten…………, Ich habe…..geschwister ; Ich habe…….Bruder( pluriel = Brüder) und ……….. Schwester (pluriel Schwestern) Sie heissen…………und sie sind……….Jahre alt; si tu n’a pas de frères et soeurs : Ich bin ein Einzelkind.

Calcul mental

A faire dans le cahier du jour ( si possible sous la dictée) comme d’habitude, écrire le calcul et la réponse. Pour le problème, seuls le calcul et la phrase-réponse suffisent. Tu peux ensuite te corriger à l’aide de ta calculatrice.

2 314 + 600 =

45 + 60 =

854 + 70 =

1 850 + 200 =

684 + 40 =

1 524 + 200 =

841 + 90 =

5 487 + 300 =

749 + 700 =

187 + 80 =

2 356 + 40 =

478 + 800 =

166 + 40 =

578 + 900 =

542 + 10 =

2 341 + 900 =

Problème

Il y a deux ans, Adam mesurait 124 cm. Depuis, il a grandi de 20 cm.

Combien Adam mesure-t-il maintenant ?

Résolution de problèmes :

Dans ton cahier du jour, recopie l’énoncé, fais ensuite apparaître ton calcul et ta phrase-réponse.

  1. Après la construction d’un nouvel immeuble, 678 personnes sont venues habiter notre quartier qui regroupe maintenant 12 659 habitants. Quel était le nombre d’habitants avant la construction de l’immeuble ?
  2. Le marchand de vélos consent une remise de 50 € sur l’achat comptant d’un VTT. Combien valait le VTT avant la remise sachant qu’il coûte maintenant 549 € ?
  3. Un supermarché a vendu 25 tonnes de fruits et légumes en une semaine. Il lui en reste le samedi soir 246 kg. Combien en avait-il le lundi ?
  4. Une fusée s’est éloignée en une heure de 10 350 km de la terre. Elle est actuellement à 478 793 km. A quelle distance de la terre était-elle une heure plus tôt ?
  5. Lydie a 24 ans. Elle a 5 ans de plus que sa cousine Eva. Quel est l’âge d’Eva ?
  6. Dans la journée, Thomas a gagné 14 billes. Il en a 52 maintenant. Combien de billes avait-il ce matin ?
  7. Au début du printemps, une marmotte pèse 5 250 g. Elle a perdu 1 350 g de graisse pendant l’hiver. Combien pesait-elle au début de l’hiver ?
  8. Lyon possède 171 km de pistes cyclables. C’est 41 km de moins que Strasbourg. Quelle est la longueur des pistes cyclables à Strasbourg ?

inférences

Voici encore des petites inférences comme nous en faisons en classe, recopie chacune dans ton cahier du jour puis réponds à la question par une phrase construite.

1. Ses dents métalliques, telles celles d’un monstre ancien, se plantèrent dans le morceau de steak. Puis, elle remonta vers la bouche béante de l’enfant qui se saisit du steak… Quel objet est donc “elle” ?

2. Il prit l’instrument, l’accorda puis le bloqua sous son menton. Il se saisit ensuite de l’archet et se mit à jouer une mélodie slave… De quel instrument s’agit- il ?

3. Elle la cherchait depuis le début de la matinée, dans les coffres, parmi ses grimoires ou ses potions. Elle se devait absolument de la retrouver si elle désirait lancer le moindre sortilège… Quel objet cherche-t-elle ?

4.Dès les premières gouttes de pluie, on les voyait fleurir sur le long des avenues. Vus de ma fenêtre, ils semblaient décrire une danse multicolore et chaotique… Quels objets fleurissent ainsi ?

5.Le cambrioleur avait beau tourner les molettes, guettant de l’oreille le moindre cliquetis, il ne parvenait guère à ouvrir la lourde porte d’acier… La porte de quoi ?

6. L’empoignant fermement, Paul la souleva puis la fit s’abattre sur la bûche qui se fendit alors en deux… Quel objet empoigne Paul ? .

A partir d’ici, les inférences supplémentaires sont des bonus, libre à toi de les faire pour encore progresser !

7. Paul posa sur le premier plateau son sachet de pommes. Puis, il déposa sur l’autre plateau diverses masses marquées jusqu’à ce que l’équilibre soit fait… De quel appareil parle-t-on ?

8. Lorsque le monstre arriva, ce fut comme une tornade qui se déchaînait sur la moquette, et Zoé, la petite puce, avait beau se cramponner à l’un des fils entremêlés, elle savait que le monstre finirait par l’avaler comme il avalait tout ce qui se cachait au cœur de la moquette… De quel monstre s’agit- il ?

9. Benjamin observait son papa dévisser cet objet oblong qui lui était encore inconnu. Il faut dire qu’à deux ans, le monde recèle encore de nombreux mystères. Une fois l’objet séparé en deux, son père y plaça une sorte de minuscule “biberon” qui contenait un liquide noir. Puis il revissa les deux parties, emprisonnant du coup le petit “biberon”. Enfin, il agita un instant l’objet, puis le fit glisser sur une feuille blanche où il laissait une trace noire… Quel est cet objet encore inconnu de Benjamin ? Quel est ce minuscule “biberon” dont on parle ?

10.Emilie commence à tracer la queue du fauve, puis son corps qu’elle orne de raies noires et enfin sa tête aux mâchoires armées d’impressionnantes canines… De quel fauve s’agit- il ?

11. Amandine s’assit fièrement sur le manche, donna un coup de talon et s’envola. Elle fila ainsi vers les nuages, petite sorcière parmi les oiseaux intrigués… Sur quel objet s’assit Amandine ?

Rédaction

Observe attentivement cette image. Invente un texte de 10 phrases bien réfléchies, bien construites, pour cette image. Ton texte sera un « extrait » , qui pourrait sortir du milieu d’un livre ! Sois inventif, créatif, et essaye de surprendre le lecteur ! Rappelle toi de tous nos travaux sur le récit fantastique. Une fois ton brouillon terminé, recopie ton texte dans le cahier du jour et, comme d’habitude, tu peux me l’envoyer par mail si c’est possible pour toi, sinon je le corrigerai à notre retour en classe. Bonne inspiration ! (En bonus, si tu le souhaites, tu peux ensuite aller au-delà des 10 phrases et écrire une histoire fantastique complète mettant en scène ce personnage et son univers)

Quelle différence entre fantastique et merveilleux

Histoire

Pour faire suite à notre travail sur le monde de la mine de la semaine dernière à travers le texte d’Emile Zola extrait de son roman Germinal, voici de quoi mettre des images sur ce que tu as lu. Ces vidéos sont des extraits de l’adaptation au cinéma du roman Germinal par Claude Berri avec comme acteurs principaux Gerard Depardieu et Renaud (tu peux faire de rapides recherches sur ces deux personnes si tu ne les connais pas). Après avoir vu ces quatre vidéos, écris un texte qui résume ce que tu as appris du travail et de la vie des mineurs à l’âge industriel et envoie le moi par mail si tu le peux. Bon visionnage !

Ecriture


Lis plusieurs fois le texte
Copie le texte, sans erreurs, dans le cahier du jour ( pour ne pas « perdre la main » à l’écriture ! )
La veille

Par de là les forêts, par de là les plaines et les collines, le silence est roi !
Tout est calme, reposé, ensoleillé.
Seuls dansent sous le vent les arbres et les champs de blé.
Et moi, dans mon nid, je veille. Oui, activement, je veille. Qui parle de monotonie ?

J’ai des idées plein la tête pour chasser l’ennui. J’ai des histoires plein les tiroirs, et je vais les piocher, à pleines poignées. En pyjama, en chaussons, peut-être ! Mais mon cœur bat la chamade à l’idée de voyager comme l’oiseau bleu, de danser sur un fil comme un funambule, de faire glisser le pinceau dans des couleurs à l’eau vive, de faire vibrer les musiques de toutes mes passions …
J’allume mon esprit, je pars en guerre, avec mes mots, doux ou féroces, pâles ou colorés, ils seront résistants, puissants. Devant ma plume alerte, la feuille blanche tremble. Mon écriture porte l’écho de mes lignes bien au-delà des portes et fenêtres fermées !

Le temps n’est pas en suspens, je le tiens, comme un artiste, un poète, un chef. Je le tiens, en cadence, sans fléchir, dans une étonnante tiédeur parfumée … de Mayer M.

Tu peux ensuite illustrer ton texte dans le cahier du jour

Adresses mail

Message aux parents : bonjour, pourriez vous chacun m’envoyer rapidement un mail à l’adresse suivante : baptiste.schmid@live.fr afin que je m’assure d’avoir toutes vos adresses pour pouvoir varier les modalités de travail. Merci et à très bientôt.

M.SCHMID

jeudi 26 mars

français

https://www.quiziniere.com/

codes à entrer pour les exercices :

JARB7M :  dictée au passé composé  

V9L3Q6 :   lire et comprendre 

JARO2Z  : reconnaitre les homophones de    la

JYRD8W  choisir ou où

PO7ODY écrire le son s/z

 

exercices à effectuer pour correction disponibles jusqu’à vendredi 18h

noter votre code correspondant à l’exercice pour voir la correction 

 

codes de la semaine dernière pour voir le corrigé     

mathématiques

sur quiziniere.com

exercices à effectuer : la correction se fera à l’aide des codes que tu as reçu 

n’oublie pas de mettre ton prénom

VRX64R tableau à compléter

V25638 tableau de proportionnalité 

regarde également sur learning apps pour effectuer les derniers exercices de maths 

EMC

retrouve les questions sur ton learning app

SCIENCES

regarde la vidéo puis teste tes connaissances sur tes exercices learning apps

retrouve ton appli sur les leviers dans ton learning app

https://learningapps.org/watch?v=pesct92yn20

 

Portez vous bien 

vendredi 27 mars

lire le texte suivant et répondre aux questions sur learning apps

Mystérieuse Ogatha

Sanfran

Le numéro 13 de la rue des Chaussettes Trouées cachait une bien étrange demeure.
Enfin, quand je dis demeure… c’était plutôt une bicoque biscornue, une sorte de vacherin à plusieurs étages surmonté d’une cheminée de guingois qui pointait vers le ciel un chapeau menaçant.
Personne ne savait exactement depuis quand Ogatha vivait là ni ce qu’elle y faisait, mais les rumeurs allaient bon train. On l’avait baptisée la sorcière, et on racontait qu’elle passait le plus clair de son temps à préparer des mixtures inquiétantes qui dégageaient par la cheminée, une fumée noire comme l’ébène qui salissait le ciel et coiffait le quartier d’une grisaille permanente. Il existait même une légende selon laquelle Ogatha avait découpé et brûlé tous les hommes qui avaient refusé de l’épouser ! Et à en croire les commères du quartier, la liste des pauvres malheureux qui avaient dû finir en brochettes dans la cheminée d’Ogatha était presque aussi longue que la distance de la Terre à la Lune !

Samantha, elle, était une petite fille comme tant d’autres, qui ne comprenait pas pourquoi ses parents avaient eu l’étrange idée de venir habiter dans la même rue que l’effrayante Ogatha. Et comme la malchance semblait coller comme du chewing-gum aux baskets de Sam, son école était coincée entre la maison de la sorcière malfaisante et le Bois Touffu, dans lequel on racontait qu’Ogatha s’approvisionnait régulièrement en bêtes maléfiques.

Sam effectuait donc chaque matin son parcours du combattant en passant courageusement devant la maison d’Ogatha pour se rendre à l’École Élémentaire de l’Eau Dormante.
Elle et ses camarades ne pouvaient s’empêcher de pousser des hurlements de terreur dès qu’ils arrivaient à hauteur du numéro 13. Ils avaient beau savoir qu’ils risquaient de réveiller la sorcière et d’attiser son courroux, c’était plus fort qu’eux. Le seul chiffre 13 qu’Ogatha avait peint en gros sur le muret du jardin avec du sang de crapaudus crocodilus, reptile mutant des marais environnants, suffisait à déclencher chez les pauvres écoliers une pétoche électrique.

Heureusement, dans la petite ville des Rêves Nouveaux, il y avait aussi des personnes bienveillantes qui ne pensaient qu’à faire le bien et répandaient autour d’elles une atmosphère agréable et joviale.
Alphabella, l’institutrice de Sam, faisait partie de ces personnes merveilleuses.
Elle avait de longs cheveux bouclés et sa voix était douce comme le miel. C’était une véritable fée qui considérait chaque élève comme un trésor caché à découvrir, un joyau qui demandait juste à être révélé.
En classe, Alphabella apprenait à ses élèves comment s’amuser, même avec des choses difficiles ou ennuyeuses :
— Si tu n’arrives pas à retenir les tables de multiplication Josh, eh bien chante-les ! Tu verras, c’est beaucoup plus facile, je t’assure !
Mais surtout, Alphabella recelait des trésors de patience. En fait, c’était la personne la plus patiente que Sam avait jamais rencontrée. Quand un élève se trompait, elle commençait par afficher un tendre sourire plein de compassion et lui expliquait encore et encore ce qu’il n’avait pas compris.,
— Non, Tim, sept fois neuf ne font pas seize, tu confonds l’addition et la multiplication. Ne t’inquiète pas, nous allons tout reprendre cet après-midi, et je dirai à tes parents à quel point ils peuvent être fiers de toi avec tous les efforts que tu auras faits aujourd’hui !
Tim, comme tous ses copains de classe, aimait tellement Alphabella qu’il buvait ses paroles, les yeux remplis d’admiration et aurait pu passer ses nuits à travailler pour ne pas décevoir son institutrice adorée.
Alphabella pouvait aussi être très drôle.
Par exemple, pour annoncer la récréation, elle levait souvent les bras au ciel, et, la bouche et les yeux grands ouverts, elle imitait le plus effrayant des monstres en s’écriant avec une voix d’outre-tombe :
— Maintenant courez, courez, courez ! Dehors ! C’est l’heure de la récréation ! Et pas de bêtises dans la cour où je vous maaaaaaaange tout cru ! Ah ah ah !
Alphabella avait un vrai talent de comédienne ! Ses élèves adoraient lorsque la douce maîtresse se transformait en vilain monstre. Ils partaient tous d’un immense éclat de rire et se précipitaient, tout joyeux, dans la cour.
Lorsque ce n’était pas son tour de surveiller les élèves, Alphabella savourait alors un repos bien mérité.
Malheureusement pour Samantha et ses amis, Ogatha la terrible, Ogatha la diabolique, en profitait alors pour pousser des hurlements à faire trembler tous les chacalosaures – espèce de dinosaures à l’haleine de bouc faisandé – des forêts alentour et qui ne manquaient pas de terroriser les élèves. On entendait retentir ses hurlements jusque dans la cour. C’étaient des cris stridents, et le plus effrayant, c’est qu’ils étaient ponctués de mots à faire frémir les plus téméraires :
— Raaaaaaaaaaadécouper !!! Brrrrrrrdévorer !!! Pouaaaahinfâmes nabots !!!
Tous les élèves se repliaient alors en vitesse à l’abri dans leur salle de classe. À croire qu’Ogatha était tapie juste derrière le mur de l’école !
— Elle va nous hacher menu avec sa feuille de boucher ! hurlait Tom.
— Et nous découper en fines lamelles avec sa machine à trancher les jambons ! renchérissait Kim.

La brave Alphabella avait beau ensuite tenter d’apaiser ses élèves en leur assurant qu’ils ne finiraient jamais dans la marmite d’Ogatha, Samantha et ses camarades en étaient toujours quittes pour une bonne frayeur.
Ogatha ne se contentait pas seulement de mener la vie dure aux jeunes élèves. Elle semblait aussi s’en donner à cœur joie en terrorisant les adultes ! Même la maîtresse Alphabella arrivait quelquefois le lundi matin avec la mine déconfite d’une petite fille à qui on avait dérobé toutes ses affaires :
— Mes chers enfants, commençait-elle avec l’air triste d’un cocker dépressif, Ogatha s’est encore introduite chez moi cette nuit et a déchiré tous vos devoirs en mille morceaux ! Il va falloir refaire le test de mathématiques !

Une telle situation ne pouvait plus durer…
Par une sinistre soirée d’hiver, Samantha écoutait sagement sa maman lui raconter l’histoire du petit chaperon rouge. Elle comprit soudain, qu’en faisant preuve d’un peu plus de courage que d’habitude, elle pourrait, elle aussi, surmonter sa peur d’Ogatha.
— Je ne suis pas

 wonder woman, songea-t-elle, mais le petit chaperon rouge ne l’était pas non plus ! Et pourtant, elle a eu assez de courage et d’intelligence pour combattre le loup ! Moi aussi je peux y arriver ! Oui, j’en suis sûre !

Le jour suivant, elle passa la matinée à préparer son dessert préféré, une tarte d’amour au chocolat, qu’elle avait prévu d’aller offrir à sa gentille maîtresse Alphabella.
Mmmmmmhh ! La tarte d’amour au chocolat ! Miam !
Un peu de lait, des œufs, un peu de sucre, beaucoup beaucoup beaucoup de carrés de chocolat et une grosse dose d’amour !
L’après-midi, elle poursuivit le déroulement de son stratagème.
Samantha était fan des chameaux ninjas. Elle admirait la façon qu’avaient ces personnages de dessin animé de se battre en utilisant leur intelligence pour vaincre les méchants (et aussi parfois les rayons laser qu’ils gardaient planqués dans leurs bosses). Samantha passa plusieurs heures à enchaîner prises de karaté et sauts acrobatiques en essayant d’imiter au mieux ses héros favoris.
Le dimanche matin, elle se sentait fin prête pour aller jusqu’à l’école, offrir à Alphabella la tarte qu’elle avait mis tout son cœur à préparer. Et affronter Ogatha, si la méchante sorcière osait montrer le bout de son nez !
Sam était prête à en découdre ! Elle se voyait déjà raconter à ses amis comment elle était parvenue à dompter la vieille et hideuse sorcière, et leur annoncer fièrement qu’il n’y avait plus de danger.
Lorsque Samantha approcha de la clôture maudite qui encerclait la maison d’Ogatha, elle fut surprise de constater que tout était calme, étrangement calme. Elle atteignit l’école sans encombre. Toutes ces heures d’entraînement pour rien ! Pas le moindre bruit, pas le moindre cri, juste cette fumée noire qui continuait de s’échapper de la cheminée d’Ogatha.
C’est en traversant la cour de l’école pour se rendre dans le bâtiment où habitait Alphabella que Samantha commença à entendre des cris bizarres dans lesquels la haine semblait se mêler à une rage incontrôlable.
Nom d’un mammouth en conserve !
Ogatha était sûrement en train de dévorer Alphabella !
Ni une ni deux, Samantha lâcha son gâteau, courut jusqu’à la maison de sa maîtresse et s’immobilisa devant la fenêtre du salon.
Elle découvrit un bien surprenant spectacle : aucune trace d’Ogatha la sorcière, mais Alphabella, seule, qui s’acharnait sur les copies de ses élèves. Elle les déchirait une à une, en hurlant avec une énergie folle :
— RRAAAHH ! Je les hais ! Les morpions ! Et « maîtresse par ci, maîtresse par là, j’ai pas compris ! » GGGRRR ! Sacs à poux ! Essaims putrides ! Corniauds baveux ! Si seulement je pouvais les découper, couic ! Et les faire disparaître à jamais ! Je serais enfin liiiiiibre !
Samantha n’en crut pas ses yeux !
Ainsi, ce n’était pas Ogatha qui faisait régulièrement de la bouillie concassée de leurs copies, qui hurlait à la mort dès qu’ils étaient en récréation, mais la douce, la gentille, la merveilleuse, Alphabella elle-même, qui, sous les apparences d’une gentille fée au-dessus de tout soupçon se métamorphosait en un monstre infâme.
Elle masquait sa véritable personnalité à tout le monde !
Le choc fut rude.
Mais Samantha reprit vite ses esprits. Qu’auraient fait les chameaux ninjas en pareille situation ? Ils se seraient d’abord retirés pour réfléchir dans leur cache secrète, sous la dune escamotable du Désert des Assoiffés. Bon…, Samantha ne voyait aucune dune rétractable à l’horizon ! Ensuite, les chameaux ninjas seraient sûrement allés trouver dare-dare Ogatha car, si Alphabella n’était pas celle qu’elle prétendait, peut-être qu’Ogatha n’était pas non plus la terrible sorcière que tout le monde craignait…
En tout cas, il fallait s’en assurer.
Ça, c’est dans mes cordes, pensa Samantha en se retirant sur la pointe des pieds, pour qu’Alphabella ne remarque pas sa présence.
Il fallait aller chez Ogatha ! Oui, c’était évident ! Après tout, Sam n’avait jamais vu le visage de la sorcière, pas même le bout de son nez !
Il était grand temps de découvrir la vérité. Une bonne fois pour toutes.
La petite fille quitta l’école la gorge serrée. Tout de même, réaliser qu’Alphabella, sa maîtresse qu’elle aimait tant, était en fait un monstre sans pitié, lui fendait le cœur !
Et si Ogatha était vraiment une monstrueuse sorcière ?
Et si elle profitait de la visite de Sam pour la kidnapper et la transformer en kebab ?
Et si…
— Stoooop ! hurla Samantha tout haut comme si elle voulait se convaincre que ses craintes étaient absurdes.
En arrivant devant le chiffre 13 sanguinolent qui dégoulinait sur le mur d’Ogatha, Sam ferma les yeux et appuya sur la sonnette. Pas de réponse.
Elle ouvrit le portail, traversa le jardin et s’arrêta devant la porte.
Toujours aucune réponse.
Elle frappa.
Une fois. Deux fois. Trois fois.
Samantha ne savait plus quoi penser. Elle serra les poings très fort et tenta de contrôler ses jambes qui tremblaient.
Elle dut attendre un looooong moment avant que la porte ne s’ouvre. Une vieille bonne femme minuscule et toute fripée, l’air endormi s’avança doucement. Avec sa robe de chambre mangée par les mites, elle n’aurait jamais fait fuir une horde de trolls enragés !
— Quelle heure est-il ? murmura Ogatha. Mais je vous en prie, ma chère, entrez donc, je m’apprêtais à passer à table !
Passer à table ??? !!!
À ces mots, Sam adopta illico la posture ninja, au cas où Ogatha aurait l’idée soudaine d’intégrer de la chair fraîche à son menu du jour. Mais Ogatha s’en retourna à petits pas vers la cheminée et retira la marmite du feu.
— Encore trop tard ! soupira-t-elle en regardant le fond calciné de sa marmite. Crottin de bison mal embouché ! Je vais encore devoir manger un repas brûlé ! Il n’y avait pourtant que des bonnes choses là-dedans !

Sans se soucier de la présence de Sam, Ogatha continua ainsi plusieurs minutes à soliloquer sur la malédiction qui lui était tombée dessus à la naissance. 
Attentive au moindre mot marmonné par la vieille femme, tout s’éclaira soudain pour Samantha : le temps qu’Ogatha avait mis à venir lui ouvrir… la fumée noire qui s’échappait continuellement de sa cheminée… Elle était tout simplement incapable d’aller au bout de la préparation d’un repas sans tomber dans les bras de Morphée. La pauvre et inoffensive Ogatha souffrait de la maladie du sommeil !
Zut de flûte en trompette, il fallait faire quelque chose !

C’est ainsi que Samantha prit la décision de s’arrêter chaque jour après l’école au numéro 13 de la rue des Chaussettes trouées, pour aider Ogatha, à préparer ses repas. Elles devinrent vite très complices et la vieille femme retrouva le goût de vivre !
On n’entendit plus jamais parler d’Alphabella. Elle fut remplacée par Monsieur Follichon, un vieux maître un peu ronchon mais efficace. Chaque matin, il commençait la classe en grognant que les mauvais élèves lui donnaient de l’arthrose.
— Et l’arthrose, ça fait mal ! bougonnait-il.
Mais il fallait reconnaître qu’il avait toujours le don d’inventer des trucs pour apprendre plus vite.
— Pour vous souvenir de l’ordre des planètes, de la proche à la plus éloignée du Soleil, c’est simple. Faites une phrase, par exemple : Mémé Violette Terrasse un Martien Juste Sous UNénuphar ! Ainsi, vous retiendrez facilement : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune !


Depuis ce jour, le ciel de la petite ville des Rêves Nouveaux a retrouvé sa vraie couleur, et Samantha a appris à se méfier des apparences…

Exercices sur quiziniere.com

PMKGD7 conjugaison

P8R2X4 conjugaison 

JN4GGR géométrie

J7E6A3 logique

 

duolingo continue les défis et les apprentissages 

attention certains ne se sont jamais connectés ou n’ont pas rejoint la classeTQZPHJ

si vous avez perdu votre mdp : écrivez moi 

Tshaka balle : j’attends vos vidéos 

entrainez vous encore 

learning apps : retrouvez les exercices proposés pour vos enfants

vérifiez l’arrivée de nouveaux exercices

chers parents

j’espère que vous êtes tous en forme

nous adaptons la quantité d’exercice aux retours que nous avons., c’est pour cela que la structure est différente mais aussi pour plus de clarté.

Travail du Mardi 24 mars

Bonjour à tous, voici le travail pour le mardi 24 mars, mais avant, voici les corrections des inférences et des problèmes de la veille.

Inférences

1. Il étendit son drap de bain et partit rejoindre, sans courir pour ne pas glisser, son camarade qui l’attendait à la marche du grand plongeoir… Où est-il ?

Il se trouve à la piscine. Les mots qui peuvent m’avoir aidé à trouver : « drap de bain », « grand plongeoir ».

2. Le souffle chaud de l’appareil balançait ses cheveux encore mouillés tantôt à droite, tantôt à gauche, alors qu’elle essayait à l’aide d’une brosse de les coiffer à sa convenance… De quel appareil s’agit- il ?

Il s’agit d’un sèche cheveux. Les mots qui peuvent m’avoir aidé à trouver : « souffle chaud »; « cheveux mouillés » et éventuellement « brosse » et le verbe « coiffer ».

3. Nous étions tous attablés quand un serveur trébucha sur mon pied. Il s’étala de tout son long, lâchant son plateau qui atterrit sur les genoux de mon oncle… Où sommes-nous ?

Nous sommes au restaurant. Les mots qui peuvent m’avoir aidé à trouver : « serveur » ; « plateau ».

4. Le vieil homme à la barbe blanche y attela ses rennes puis s’y installa… Sur quoi s’installe-t- il ?

Il s’installe sur un traîneau. Les mots et expressions qui peuvent m’avoir aidé à trouver : « le vieil homme à la barbe blanche » qui est bien sûr le père noël ; « y attela ses rennes », le verbe atteler signifie ici les attacher à son traîneau.

5. Après avoir fait son lit, Julie s’installa à son bureau pour commencer ses devoirs… Où est Julie ?

Julie se trouve dans sa chambre. Les mots et expressions qui m’ont permis de trouver : « son lit » « s’installa à son bureau ».

Problèmes

1. Monsieur Martin a vendu sa moto. Avec cet argent, il achète un téléviseur à 415 €, et il lui reste 53 €. A quel prix a-t-il vendu sa moto ?

415 + 53 = 468

Il a vendu sa moto 468 euros.

2. La voiture que je souhaite acheter coûte 18 000 € avec de nombreux équipements. Finalement je l’achète sans l’autoradio laser qui vaut 459 €. Combien vais-je payer ma voiture ?

18 000 – 459 = 17 541

Je vais payer ma voiture 17 541 euros.

3. La bibliothèque municipale a maintenant 12 780 livres après la suppression de 752 livres anciens et abîmés. Combien y avait-il de livres avant cette suppression ?

12 780 + 752 = 13 532

Il y avait 13 532 livres avant cette suppression.

4. Lors des premiers entraînements de course à pied, Adrien faisait 2500 m en 13 minutes. Il a gagné 2 minutes et 25 secondes. En combien de temps parcourt-il maintenant cette distance ?

13 minutes – 2 minutes et 25 secondes = 10 minutes et 35 secondes.

Il parcourt cette distance en 10 minutes et 35 secondes.

5. Nous sommes aujourd’hui environ 6 , 5 milliards d’habitants sur terre. On estime qu’en l’an 2100, nous serons 9,5 milliards. De combien la population mondiale se sera-t-elle accrue ?

9,5 milliards – 6,5 milliards = 3 milliards

La population se sera accrue de 3 milliards d’habitants.

Calcul mental :

Entraîne toi aux tables de multiplications en cliquant sur le lien suivant. Peu importe que l’exercice soit dans la rubrique CM1, il s’agit simplement des tables de multiplications. Tu peux choisir celles que tu veux mélanger.

https://ressources.sesamath.net/matoumatheux/www/num/entier/tables/melangeCM1.htm#CM1

Numération : fractions

Fais les exercices suivants dans ton cahier du jour. Pour l’exercice 3 , si tu ne peux pas imprimer la feuille, au lieu d’entourer les lettres, recopie les dans ton cahier du jour.

Lecture compréhension

Lis le texte suivant et réponds aux questions dans ton cahier du jour.

La visite de l’Etna ( 1830 )

Il faut une heure environ pour gravir ces trois-cents mètres. Depuis quelques temps déjà, des vapeurs de soufre nous prennent à la gorge. Nous avions aperçu, tantôt sur la gauche, tantôt sur la droite, de grands jets de fumée sortant par des fissures du sol ; nous avons posé nos mains sur de grosses pierres brûlantes. Enfin , nous atteignons une étroite plateforme.

Devant nous, une nuée épaisse s’élève lentement, comme un rideau qui monte, qui sort de terre. Nous avançons encore de quelques pas, le nez et la bouche enveloppés pour n’être point suffoqués par le souffre et soudain, devant nos pieds, s’ouvre un prodigieux, un effroyable abîme qui mesure environ cinq kilomètres de circonférence. On distingue à peine à travers les vapeurs suffocantes l’autre bord de ce trou, monstrueux, large de mille-cinq-cents mètres et dont la muraille toute droite s’enfonce vers le mystérieux et terrible pays du feu. La bête est calme. Elle dort au fond, tout au fond. Seule la lourde fumée s’échappe de la prodigieuse cheminée, haute de 3 312 mètres.

extrait du livre La vie errante de Guy de Maupassant

soufre : matière qui brûle en dégageant des vapeurs qui gênent la respiration.

suffoqués : étouffés, gênés dans leur respiration .

Questions : ( n’oublie pas de mettre les expressions que tu recopies du texte entre guillemets).

  1. L’Etna est un volcan, recopie les passages du texte qui te permettent de le savoir.
  2. Recopie au moins deux expressions qui montrent que la chaleur est très forte.
  3. L’auteur décrit le volcan de manière terrifiante, recopie deux expressions qu’il utilise.
  4. Guy de Maupassant parle de « la bête  » à la fin de son livre. De quoi s’agit-il ?
  5. En t’aidant du texte, explique pourquoi cette escalade est si difficile.
  6. Parmi les titres proposés ci-dessous, recopie celui ou ceux qui conviennent :
  • description d’un dragon
  • une escalade impressionnante
  • le tremblement de terre
  • à la montagne
  • le volcan menaçant

Ecriture : écrire à la manière de Philippe Lechermeier

Voici un petit extrait de Graines de cabanes de Philippe Lechermeier :

Boîtes à musique de Philippe Lechermeier dans Graines de cabanes

Dans cette partie du monde, les îles s’étalent sur la mer comme des étoiles dans le ciel.

Elles sont une multitude, toutes plus petites les unes que les autres.

Un grand nombre d’entre elles est habité.

Chaque île possède ses propres cabanes, réalisées avec des matériaux traditionnels.

Une de leurs particularités :

uniques dans le Pacifique et dans le reste du monde, elles sont conçues pour

faire de la musique.

Ce sont les cabanes du Pacifique aussi appelées boîtes à musique

Pour t’aider à écrire à la manière de Philippe Lechermeier comme nous l’avons déjà fait en classe, voici les principaux éléments qui doivent apparaître dans ton texte. Tu vas ensuite devoir compléter le reste avec des mots et expressions riches et poétiques.Tu peux t’aider d’un dictionnaire ou d’internet pour rechercher des synonymes et des expressions Si tu peux imprimer cette feuille, colle la dans ton cahier du jour et remplis la, si tu ne peux pas imprimer, recopie tout simplement les débuts de phrases dans ton cahier du jour et écris la suite de ton choix. Comme pour la semaine dernière, si tes parents peuvent m’envoyer ton travail, je le lirai avec plaisir, sinon nous le corrigerons à notre retour en classe. Bonne inspiration !

Titre =_______________________

Dans cette partie du monde, _____________ se (s’) _________ __________ comme _____________________.

Ils (elles) sont __________________________________________.

Un grand nombre d’entre eux (elles) est ___________________.

Chaque __________ possède _____________________________________

___________.

Une de leurs particularités :

uniques dans ___________________________, ils (elles) sont conçu(e)s pour

__________________________.

Ce sont ________________________ aussi appelé(e)s _______________.

et un petit exemple pour t’inspirer :

Boîtes à verdure

Dans cette partie du monde, les montagnes se dressent vers le ciel comme des gratte-ciel dans New-York.

Elles sont immenses, toutes différentes les unes des autres.

Un grand nombre d’entre elles est envahi.

Chaque montagne possède ses propres forêts, faites de sapins et d’autres conifères.

Une de leurs particularités :

uniques dans les Alpes et dans le reste des massifs, elles sont conçues pour fabriquer de l’oxygène.

Ce sont les forêts des Alpes, aussi appelées Boîtes à verdure.